Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Temps ecoule

Rechercher

Nous suivre en direct

Archives

Nous écrire

Par Catégorie

30 janvier 2018 2 30 /01 /janvier /2018 17:13

Le voyage continue avec le cuir

 

La reconversion vers le cuir

Le voyage est terminé. mais il continue en maroquinerie. Maintenant je fabrique des portefeuilles pour ranger son passeport. 

5 ans déjà.

On continue de voyager, la bonne résolution du retour.

Petite maroquinerie française

Aujourd'hui, Anne-Cécile s'est reconvertie et a créé une manufacture aux valeurs ecolo. Pas mal au dos avec un sac à dos de 15 kgs tous les jours, mais de retour dans le canapé, les choses se sont gâtées.

Opération, reconversion, nouveau rythme à trouver...Elle s'est lancée dans 2 activités à mi-temps : l'une d'elle ? elle créé des portefeuilles pour le voyage ! Après avoir essayé le cuir lors d'un arrêt maladie prolongé, elle a vite trouvé son public, sa clientèle devrait-on dire.

Des valeurs dans la marque

Aujourd'hui, la marque de maroquinerie rennaise CREATIONACC est en plein essor.

Elle réalise des porte-passeport en cuir, des portefeuilles cuir artisanal assorti, souvent en clin d’œil au voyage : carte du monde, avions...

recyclage du cuir
recyclage du cuir

Après 5 ans d'existence, et plus de 1000 ventes, la gamme de produits s'étoffe : blague tabac à rouler, portefeuille pour passeport, organiseur en cuir, etui de protection pour ebook (tellement pratique en voyage), etc....

Le tout sans émission carbone, elle recycle ! Histoire d'être écolo. encore une démarche qui lui correspond.

 

Portefeuille en cuir souple fabriqué en France
Portefeuille en cuir souple

De quoi avoir la classe à Dallas ! au moins à la douane.

 

AnneCecileCreation rêve toujours de voyage.

Repost0
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 16:54

J'avais évoqué dans un précédent billet un orchestre baroque perdu au milieu de l'Amazonie bolivienne:

 

0424_LB_001.jpg

Pendant 7 jours, Arte +7 propose de revoir un documentaire sur cet orchestre sorti de nul part.

 

Voici le résumé : 

"Urubichá, bourgade poussiéreuse de quatre mille habitants située sur les bords du Río Blanco, dans la forêt amazonienne côté Bolivie. Ici, on est loin de tout : il n'y a ni électricité ni voitures. Mais le village possède un téléphone, trois épiceries... et un célèbre orchestre baroque ! Il est composé de plus de deux cents jeunes musiciens et chanteurs, parmi lesquels Simón. Aujourd'hui, Simón et ses amis répètent des airs de Bach, Mozart, Verdi, Haydn et Beethoven. Car demain, l'orchestre quitte Urubichá pour prendre l'avion (une première pour Simón) et aller jouer dans la somptueuse cathédrale de Chiquitania..."

Cliquez ci dessous :

http://videos.arte.tv/en/videos/360_geo-6635864.html

 

Repost0
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 21:13

Un inédit sorti du carnet de voyage.

 

Bagan, Birmanie

SSC 8222

Une rue, un marché, 3 paquets de chips à vendre dans les maisons presque toutes transformées en micro épicerie. Il est 19:00. J'ai crevé en vélo il y a une heure et 6 kms plus loin. Dans le noir tombant, la frontale collée a la peau trempée, j'ai roulé à même la jante dans des chemins transformés en rivière a cause des pluies de la veille. La plaine aux 2000 temples version l'homme contre la nature. Ça se mérite un coucher de soleil. Je passe devant un tea shop, un des premiers signaux de la ville. Au fond, une télé, l'unique attraction de la ville la nuit tombée. Il y a bien quelques kékés pour pétarader en mob sans phare à fond le long de l'unique route, augmentant par la même le nombre d'inconnues de l'équation.

Mais c'est à peu près tout. Il faut que jeunesse se fasse sans cinéma, sans boite de nuit, sans mac do, sans rien.

Au programme, comme toujours, la chaîne nationale qui frétille d'images de bouddha et de généraux pas sympathiques en plein discours ou en train de passer en revue des alignements de petites filles en costume coloré. Tripotage de joue, passage de mains qui n'ont même pas connu la guerre dans les chevelures noires, et vas-y qu'il est important le général et fais un sourire au Monsieur sinon on déplace le village de force par l'armée la semaine prochaine.

J.M. Le Pen aurait commenté en d'autre temps "le petite est outrageusement belle". La télécommande chargée de boutons inutiles permet également de choisir parmi une chaîne de sport et 2,3 ovnis ( ou plutôt otnis) du même cru que la chaîne publique. En plus des moines, de l'or et des parades militaires sans militaires, comptons des séries humoristiques et des séries romantiques. On ne pourra pas dire qu'il n'y en a pas pour tout le monde !

Ce soir, c'est foot. Comme hier et comme demain. Parfois on s'enfile 2 voire 3 matchs de suite.

Des rouges contre les blancs. Tiens.

 

Je n'ai pas bu d'eau depuis midi, une inconscience. Mes mollets sont rouges épines, mon corps est plus proche du monde aquatique que terrestre, je perle, je sue, je goutte, je nage, j'aimerais boire la tasse.

 

Pourtant l'hallucination est bien réelle. Le 21 octobre 2011 a 19:00 à Bagan en Birmanie, Rennes mène 2-0 face a Lorient !

 

SSC 8228

 

 

Repost0
10 avril 2012 2 10 /04 /avril /2012 09:23

1 Mois qu'on décante, qu'on s'engouffre dans les habitudes perdues.

1 mois qu'on libère les papilles du régime sans dessert d'usage depuis 6 mois; aujourd'hui c'est pain, beurre et laitage à tous les étages. J'ai repris 4 ou 5 kgs.

30 jours qu'on essaye de retenir un peu le temps qui refile, le temps plat, fuyard.

La parenthèse dessinée par la trainée des avions est refermée. On regarde continuer leur couture dans le ciel, en lignes, en avions de ligne. Seraient-ils malheureux de s'arrêter ? De rester au sol ? Oh Malheur ! Eux, ils sont piqués à la bougeotte perpétuelle, à la couture à la machine. 

DSC_0155.jpg

Quand on imagine le voyage, le monde parait lointain, il faut dépasser l'horizon pour le rencontrer. On rêve d'être en l'air pour percevoir l'autre bord. De loin, le monde est toujours permis à l'échappée belle. Les avions le savent, ils ne s'arrêtent jamais, de peur de ne plus voir le monde de loin.

Qu'as-tu vu de plus beau  ? Qu'as-tu préféré , qu'as-tu ...et qu'en feras-tu  ? 

On construit un peu mieux mieux nos réponses de jour en jour. 

On ne réussit rien sans les autres, poncif rendu ardent en voyage. La réussite c'est les autres, n'en déplaise à Sartres et son "enfer c'est les autres". Pourtant il voyageait énormément (J'ai voyagé un peu avec lui en lisant la bio de Claude Lanzmann, "Le lièvre de Patagonie", qui a traversé une partie du siècle avec l'écrivain, ex mari de Simone de Beauvoir. Ma lecture favorite). A moins qu'il ne se soit perdu comme moi dans les mises en garde permanentes contre les agressions, le vol et le danger au brésil. Quand bien même il fallait se mettre en état de manque de rencontre, le Brésil laisse une note d'exception dans un voyage qui a polarisé nos sens, nos déplacements, nos attitudes vers la recherche du contact humain.

 

Pour peu que l'autre baragouine, on s'engouffre avec de grands sourires en guise de grammaire dans toutes les gesticulations verbales. On oublie nos rétissences dans le bal des rencontres.

DSC_0256.jpg

Nous n'avons aucun mérite, le monde s'éclaire dans la passion partagée des voyageurs. Ils émerveillent le lendemain, toujours en mouvement, illuminés eux même par le grand air et la liberté. Leurs bonheur rudimentaire, leurs milliers de kilomètres en pédalant, leur camping-car chahuté dans la caillasse des déserts, leur solitude précieuse, leur défi à travers la jungle humide dans leurs yeux aqueux, tout est fascination, admiration envie. La confrérie des sacs à dos a bien du génie.

L'extraordinaire date d'hier, il habite la chambre 12, en face de la notre, il prend son café/routard à côté de nous, il dort au dessus d'Arthur, dans le train couchette, il revient d'Ushuaia ou de Birmanie, la Mongolie à cheval prend le petit dej avec nous.  Les temples birmans commandent leur crêpe au chocolat à côté de nous, les genoux dans l'eau du Bangkok inondé d'Octobre. Et on se pose tous un peu la même question : on va au nord ou au sud ?  

DSCF0461.jpg

Le monde est un village, on se croise tous les 1000kms, et on se raconte les visages déjà reconnus dans un pays pourtant lointain. On fait ensemble la tournée des restaurants, ils se dispersent juste sur des milliers de kilomètres. Le voyage mêle et démêle.

 DSC_7001.jpg

Un voyageur c'est l'anti collègue de boulot.

Lightroom--DSC_9790.JPG-et-3-autres--2.jpg

ci dessus une ambiance dans une chaîne de café StarBuck. 


C'est quelqu'un qui se raconte tout de suite, à qui on demande l'essentiel et livre sa profondeur en tongs. C'est un concentré de vie dans sa liste magique de pays traversés, dans sa vie exhibée sans voile.

 DSCF1561.jpg

On ne réussit rien non plus sans contrainte. De là naît la liberté. La contrainte d'argent avant tout nous accompagne mais elle nous sauve aussi des mauvaises habitudes, des conforts inutiles, des commodités qui ne sont pas celles de ceux qui vivent autour de nous.

DSC_6904.jpg

J'ai besoin d'une forme de sobriété, voire d'ascétisme, d'un dépouillement moral. Je veux jouer le jeu, it's a job comme dirait Emma en inde.

 

On décante.

Nos corps retombent mollement. On y voit plus loin dans nos pensées, le brouillard de sédiments soulevé par les pas alourdis des 20kgs de nos sacs s'est dissipé. On s'est bien bien entendus, on s'est aimés, on s'est suffit, on s'est laissé aller, on s'est oublié, on s'est soutenu, on s'est jeté vers l'autre ensemble et dans un élan désinvolte et  travesti par l'éloignement, fort de notre sourire. Pendant 6 mois, nous nous sommes tenus la main.

DSC_8330.jpg

Je suis heureux de ce voyage.

Je suis heureux car le mot fin n'existe pas dans cette histoire.

On voudrait réécouter le disque pour répéter l'émotion, mieux entendre les notes.

Vous en reprendrez bien un petit dernier pour la ROUTE. Nous oui.

Repost0
21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 18:10

Du chiffre, du chiffre, du chiffre.

 Bresil 0216

Faisons une synthèse.

 

Faire les comptes permet de nourrir des curiosités, mais surtout de mettre un nombre sur ce qu'il faut économiser pour partir.

 

Les curiosités d'abord :

Pays Cout par jour et en € Durée en semaines
Inde 63 3
Vietnam 37 2
Laos 47 2
Birmanie 40 (estimation) 2
Nouvelle Zelande 140 4
Bresil 90 2
Bolivie 62.58 6

 

 

Combien avons nous dépensé en comptant absolument tout ? 

25250€

dont 3150€ dans les sacs à dos (1950€), leurs contenus, visas, papiers, vaccin, cours du cned, trousse à pharmacie.

 

Autre curiosité palpable, les dépenses liés à ce qu'on laisse en France sont compensées par les revenus. Pour celà, globalement, on baisse les prêts, on loue la maison.

Revenus = Dépenses Françaises.

 

 

Le chiffre :

DSCF1475

Et dans tout ça, combien faut-il sur son compte pour partir à 3 dont 1 enfant ?

Contexte :

1- 6 mois dans les pays cités ci dessus

2- S'en tenir (arbitrairement) en voyage à ne pas dépenser plus de 50€ par jour tout compris ( transport, hébergement, nourriture, taxes, ...)

3- N'avoir aucun équipement, tout à acheter

4- Chercher à acheter d'occasion l'équipement.

5 - Comparer, étudier toutes les dépenses : Assurance, assitance, pharmacie, prêts, cartes bleues, assurances de cartes bleues, numéros en 0800 et autres commerciaux verreux en mutuelle (Swiss Life)... un travail à plein temps, que du bonheur !


 

17700€.

 

 

Le compte est bon.

 

17700€ pour vivre 6 mois une aventure extraordinaire en famille.

On pourrait lancer un sondage. Cher ou pas cher ?

 

A vous de juger.

 

A titre de comparaison : 

 


Repost0
27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 23:39

Le dernier jour sur la plage de lima :

 

29 heures de bus entre La Paz et Lima, des paysages qui defilent pour la dernière fois, un passage de frontière un peu stressant, une dernière fois encore.

Au revoir La Paz :Lima 0105 (2)

 

Lima 0119 (2)

Lima 0133 (2)

Lima 0148
Et enfin, l'avion
Lima 0154 (2)
Puis une dernière promesse à tenir pour Arthur...
Lima 0171 (2)

Repost0
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 17:08
 La Bolivie : C'est le pays de notre tour du monde où nous sommes restés le plus longtemps, 1 mois et demi, pour plusieurs raisons :
1. raison budgétaire, la Bolivie est le pays le moins cher d'Amérique du sud, en fin de voyage on n'a plus trop de sous.
2. il y a pleins de choses à voir et à faire, on ne s'est pas ennuyé.
 habitat 0591
 Donc, nous sommes arrivés en Bolivie le 1er janvier par le Brésil. Le poste frontière est fermé, on passe quand même, on se fera tamponner à Santa Cruz de la Sierra.Bolivie 0302Bolivie 0382 
 Les routes en Bolivie sont très mauvaises et l'avion pas trop cher, alors on s'envole pour Sucre, capitale constitutionnelle. Grace à notre rencontre avec Chritian du "ptit parisien", nous partons en treck pendand 2 jours avec sa femme Ana dans des villages quechua. C'est rustique car nous voyageons dans des bennes à bestiots ou à cailloux, on mange des patates et on dort dans une grange sur la terre battue. C'est une superbe expérience dans des merveilleux paysages. 
 Bolivie 0504Bolivie 0639
 A Potosi, nous visitons les mines encore en fonctionnement. Ils sont trop jeunes ces mineurs derrière ces chariots de pierre dans le noir jour et nuit. on leur donne de la coca et du coca et on ne peut pas faire plus pour eux. Une visite perturbente. 
 mines 0748mines 0757 
 On descend ensuite vers le sud pour la ville de Tupiza (presque à la frontière chilienne). Nous nous baladons à cheval dans les canyons, Arthur joue les cow-boy tout seul sur son cheval. Puis nous partons pour 4 jours de 4x4 dans le Sud Lipez et le Salar d'Uyuni. Nous sommes les "5A dans un 4x4" car Anouk et Andrich (2 hollandais) nous accompagnent dans ces paysages grandioses : desert de sable, montagnes, volcans, lagunas, lamas, flamands roses, geysers, canyons, cactus géants, desert de sel. Nous en prenons pleins les yeux. 
 TUPIZACHEVAL 1024TUPIZACHEVAL 1060
 TUPIZAUYUNI 0317TUPIZAUYUNI 1353TUPIZAUYUNI 0138
 Entre Uyuni et La Paz, le trajet est difficile, il faut en pleine nuit traverser une rivière à pied car le bus n'est pas sûr d'y arriver. 
 Nous partons directement au lac Titicaca, à Copacabana puis sur l'isla del sol. Nous traversons l'île du nord au sud par les crêtes, j'ai du mal avec l'altitude mais les paysages sont magnifiques, on se croirait à la mer. 
 COPACABANA 0553COPACABANA 0539
 Pendant que Alexandre monte le Huayna Potosi (6088m), Arthur et moi partons nous reposer à Coroico, dans un Hotel avec piscine. 
 Rurrenabaque 0750Rurrenabaque 0775
 Sur les conseils de plusieurs voyageurs nous partons en avion (1h d'avion contre 16 à 32h de bus) à Rurrenabaque en amazonie. C'est un choc en arrivant car il fait chaud et humide, changement radical avec La Paz où il fait froid et sec et puis c'est la fete de la ville (canaval pendant 3 jours, jour et nuit). On se sent bien à Rurre, on prend notre temps pour choisir l'agence pour faire un tour dans la pampa (au final on prend la moins cher). Nous partons en pirogue sur le Rio avec Emilie et Pauline (2 francaises) pendant 3jours pour decouvrir la pampa. Dés notre arrivée nous découvrons le faune du bord du Rio : toutes sortes d'oiseaux, des tortues, des dauphins roses, des singes, des aligators et caïmens. Sur notre camp, On est tout de suite mis dans l'ambiance car il y a un aligator et un caïmen, (de 3m de long chacun) qui scoatent la petite plage, on fait attention où on marche et pas facile de faire la sieste à côté de ces monstres !!! 
 Rurrenabaque 0922Rurrenabaque 0996
 PAMPA 1084PAMPA 0870PAMPA 0891 
 Notre guide, Luis est génial, il s'occupe très bien d'arthur, il lui fabrique un sac en feuille de palmier et un collier en graines de la pampa. A la pêche, Arthur attrape un piranha, moi rien, je suis dégoutée mais super contente pour Arthur. On le mange le soir, très bon. Le dernier jour, on se baigne avec les dauphins roses dans le Rio couleur café noir où vivent aligators et piranhas. Merci Emilie pour ton soutien dans cette épreuve !!! 
 Je suis agreablement surprise par le tour car meme si c'est hyper touristique, on n'a pas croisé beaucoup de touristes (seulement pour l'apero au terrain de foot au milieu de la pampa) et j'ai été bleuffée par les animaux qu'on a croisé et par Luis, notre guide. De plus nous avons passé des supers moments avec "les filles", Emilie et Pauline. Merci à vous deux. 
 Rurrenabaque 1376Rurrenabaque 1422Rurrenabaque 1338 
 A Rurrenabaque nous nous sentons bien, nous faisons pleins de rencontres, en particulier Sophie et Thomas (2 français installés ici). On decouvre la forêt et les grands arbres avec Catchi et Sophie (interprète pour l'occasion), c'est passionnant de voir ces arbres (et leurs fruits parfois) et d'entendre leurs histoires. Dans le refuge de Catchi, nous faisons la rencontre de Krichta, un singe araignée, qui promène Arthur dans le jardin en le tenant par la main. C'est drôle. 
 Rurrenabaque 1429 
 Le samedi soir à Rurre, c'est tournoi de babyfoot chez Thomas. Arthur et moi finissons derniers du tournoi mais on s'est bien amusé (on a quand même gagné une partie!). 
 Rurrenabaque 1453Rurrenabaque 1464Rurrenabaque 1468
 Nous serions bien restés plus longtemps dans cette partie d'amazonie mais il faut penser à rentrer pour prendre le chemin du retour en France. 
 Rurrenabaque 1473
 Nous avons beaucoup aimé la Bolivie car les paysages sont beaux et variés. Et aussi parce qu'on y a fait beaucoup de rencontres, c'est surtout ça le voyage... 
 
 
Repost0
17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 16:47

L'avion se pose sur la piste.

Rurrenabaque-0034.JPG

Rapidement, le bitume cède à l'herbe. L'arrêt des hélices de l'avion militaire libère la vingtaine de passagers et cesse de brasser les 30 degrés humides de la jungle pressée de recouvrir la piste pour peu que le petit balais aérien d'une heure entre la Paz et Rurrenabaque s'arrête et estompe l'impression de modernité. S'il n'y avait les énormes enceintes aux basses grasses un peu partout pour couvrir la ville des boom-boom qu'aucun mur n'arrête, on s'inquièterait de l'espérance de vie goudronnée de la cité cisaillée par le Béni, fleuve serpent interminable, à cause des bruits, eux aussi permanents, d'une jungle grouillante, piquante malveillante.

Rurrenabaque-0824.JPG Rurrenabaque 0863

Bienvenue dans la jungle.

A l'est, le Pérou se hisse derrière un haut relief, à l'ouest la jungle bolivienne s'étale a perte de vue. Combien de serpents, de caïmans, araignées, fourmis ? Pénétrer le rideau vert c'est ne plus rien appréhender de la géographie à 2 dimensions de ce labyrinthe pour adulte en mal de moustiques. Il suffit de quelques mètres pour s'y perdre, foi de locaux heureux d'être partis pour une petite balade avec ... la machette.

Rurrenabaque 1463

Mile Horn avait traversé cet enfer en 5 mois. Arthur lit le livre de son exploit, 'Latitude zero'. On s'invite 2 semaines à la frontière de ses 5 mois de machette et de canoë.

Rurrenabaque 1337

Rurrenabaque rend fier ses habitants : le Béni, les shamans, le parc madidi et sa faune, la rivière Ycuma, des espaces d'une biodiversité incroyable à quelques virages en land rover, des bosquets primaires, des arbres quadricentenaires, San Ignaciu et son orchestre baroque, une anomalie dans l'espace temps amazonien tant la qualité du son de ses jeunes musiciens émerveille, tant la musique dite classique en Europe échappe à cette culture d'aujourd'hui, qui plus est ici.

 

Peut-on parler de milliards de feuilles ? Les nombres s'affolent rapidement autour de cet ilot cerné. La vie en ville, à Rennes, en France me disais-je avant de partir dissipe l'existence de ce qu'en Bolivie on vénère, même à La Paz, de ci de là, la Pachamama. La mère de la terre. Vivace jusqu'au cœur de La Paz, on n'oublie pas que la vie tient à cette nature habitée des Dieux, sujette aux malédictions, pleine de croyances. Les bébés lama séchés vendus sur le trottoir dans la rue des sorcières, les concoctions étranges rappellent au voyageur qui pose son sac à dos dans ce quartier que le béton et la consommation de masse ne gagnent pas les esprits à la même vitesse que celle de la jungle qui regagne le béton abandonné.

Rurrenabaque 1279

Bienvenue dans la pachamama.

Mon opium, ma drogue vient de jaillir. La musique résonne. On sort de l'avion militaire et Scarlatti bourdonne, sonne à tue-tête. Domenico Scarlatti s'empare de la forêt; je lève les yeux, les oiseaux tournent en cadence, la rivière boueuse dessine dans les lignes du courant une partition de musique, une portée, la chaleur humide s'engouffre dans les trilles et les arabesques. Tout est musique ici. 

Rurrenabaque 1295

Parfois on aime à dire que certains lieux n'offrent rien. Ils résistent à tous les thèmes favoris des guides de voyage. On s'y sent bien, on y vit, on laisse couler le temps, on se perd avec la langueur exotique, une douce évidence de bonheur promis submerge les sens. Rurrenabaque est de ces lieux. Une carte de cette partie du monde présage du vert permanent, de l'homme rejeté, et pourtant...

Rurrenabaque 0773 Rurrenabaque 0815 Rurrenabaque 1315

 

Bienvenue dans la jungle :

A Rurrenabaque, un ingénieur civile a fai dépenser des millions de bolivianos dans un projet de récupération et traitement des eaux usées. Un petit lac s'est imposé comme le candidat naturel. Pelleteuses, sueur et réunions communales s'entremêlent ainsi dans un élan naïf jusqu'au jour où un second ingénieur s'est demandé si l'altitude du plan était bien inférieur aux chasses d'eaux promises. Donc, au bout de 2 ingénieurs, on apprend la nouvelle, une vrai bombe. Pourtant pas besoin de dépasser le mètre 50 moyen de circonstance en Bolivie pour deviner que les eaux sales de la ville croupissent... en bas ! La petite histoire en dit long sur la loi de la jungle. 

Rurrenabaque 1473

L'ingénieur a été jeté dans le premier avion, mi vivant ( ou mi mort c'est selon le verre de coca à moitié vide ou plein). Un bon lynchage vaut mieux qu'un mea culpa. Pelleteuses, sueur et réunions communales s'affairent sans doute aujourd'hui dans d'autres projets. Par exemple, la ville profiterait certainement du réseau électrique qui a crevé la forêt jusqu'au la porte du maire. Il n'y aurait qu'à. Il suffirait d'un poteau électrique de plus, une signature pour conclure l'approvisionnement proposé par la coopérative électrique nationale... Il n'y aurait qu'à. Oui mais voilà, le groupe électrogène de la ville est la propriété du frère du maire. Pas de signature. Pas d'électricité stable pour tous.

Rurrenabaque 1436

Bienvenue dans la jungle !

Mais que fait la police ? Elle s'achète ses armes avec une prime versée à ses jeunes recrues. Où tu veux. Où tu peux ! Et si la jeune recrue refuse le choix des armes sur le marché noir, si elle préfère remplir don coffre avec de la cocaïne, aucun problème. C'est pas le second de la police locale qui fera des manières, le frère vit du trafics.

Bienvenue dans la jungle.

Quand le même second de la police décide ( par intérêt) de retrouver l'ordinateur volé de Thomas, il lui explique qu'il va faire la tournée des voleurs de la ville et leur demander si par hasard ils n'auraient pas un ordinateur pour l'anniversaire de son fils. Pour 6€ de taxe d'habitation par an, on n'imagine pas que la Lumière jaillisse ni des lampadaires de la rue, ni des cervelles de flics.

 

 Je verse bien sur dans le raccourci. Un seul article ne suffit pas à contenir toutes les anecdotes, les bizarreries, les comportements qui échappent à toute logique. 

La même forêt, apprendrai-je ce dernier soir, abrite un orchestre baroque d'une exigence totalement confondante. Un tel son ici laisse dans le coffre du land rover tous les a priori au contact des petites choses du quotidien. Le pire et le meilleur habitent là:

Rurrenabaque 0783

Les chants presque humains des oiseaux tropicaux en bord de rivière côtoient les reptiles préhistoriques les plus hostiles sur ces mêmes rivières.

Rurrenabaque 0886 Rurrenabaque 1124 Rurrenabaque 0943

Le guide de pampa adorable avec Arthur, patient, disponible, la main dans le trou à serpent en souriant de toutes ses dents épargnées par le mais ravageur, traîne aussi derrière lui, apprendra-t-on par Thomas, 7 tentatives de viol et un passage sur la case prison simple visiteur (de justesse).

Rurrenabaque 1015 Rurrenabaque 0986

Le pire et le meilleur.

Catchi a acheté 400 hectares de forêt. Son domaine offre au visiteur une diversité unique, notamment des arbres vieux de 400 ans. Un jardin fruitier exceptionnel produit les meilleurs fruits sur une grande partie de l'année grâce à une sélection de graines sur plusieurs  années. L'état lui a déjà repris 350 hectares estimant qu'il faut exploiter  la terre, couper les arbres, cultiver le maïs et détruire 400 ans de biodiversité, voire plus. Pour la Bolivie, Catchi ne fait donc rien. Préserver n'est pas jouer. Une ONG allemande finance également en partie un refuge pour animaux.  La loi bolivienne interdit de remettre les animaux en liberté.

Rurrenabaque 1328-copie-1  Rurrenabaque 1326Rurrenabaque 1405

Le meilleur et le pire.

Ce n'est pas seulement ce Rurre là que je veux éclairer. En regardant  la forêt depuis la terrasse de Thomas ce dernier jour, je plonge à nouveau dans une douce musique qui ne me quitte pas depuis 2 semaines. J'entends du Scarlatti en boucle. Cette belle passion pour la nature occupe indéniablement le meilleur des gens de Rurre. 

CSC 0806

Bienvenue dans la jungle.

 

A Thomas que je remercie encore pour m'avoir offert 2 disques. Ce sont des choses qui comptent pour moi.

Repost0
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 17:21

Rurrenabaque, en pleine jungle amazonienne.

Rurrenabaque 1295

 

Arrivee en fanfare :

 

Rurrenabaque 0774

 

 

 

Rurrenabaque, la pampa :

PAMPA 0943

 

 

Depart avec Catchi et Sophie dans la jungle (Thomas ne nous accoñpagne pas, il reste a l'agence) :
Catchi et nous :Rurrenabaque 1330
Thomas et Sophie : Rurrenabaque 1445
Rurrenabaque 1454
On s'avance dans la jungle :
Rurrenabaque 1460
Arrivee au camp :
Rurrenabaque 1336
Rurrenabaque 1396
Rurrenabaque 1337
Il pleut :
Rurrenabaque 1422
Rurrenabaque 1464
Rurrenabaque 1468
La balade du dimanche :
Rurrenabaque 1473
Les grenouilles :
Rurrenabaque 0021

Repost0
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 18:03

Dans la jungle de l'amazonie, j'ai eu un singe sur ma tete et un perroquet sur mon doigts.

PAMPA 0870

PAMPA 0891

 

J'ai vu des aligators et des caimens. Les caimens sont comnme les crocodiles, la peau des caimens a des pics, celle des aligators est lisse. Il n' y a pas de crocodiles en amerique du sud.

PAMPA 0913PAMPA 0919PAMPA 0963

 

J'ai peche un gros pirhana que j'ai mange le soir. Il etait tres bon.

PAMPA 1084

 

 

C'est dur de s'endormir le soir a cause des moustiques ert des bruits de la jungle. Par exemple, on entend les singes qui sautent , les grenouilles qui croassent et les singes rouges qui rotent le matin.

PAMPA 1038

 

On est alle a la chasse aux anacondas dans l'eau. On n'en nà pas trouve mais le guide m'a fabrique un sac en feuilles de palmier pour porter les bouteilles d'eau.

PAMPA 1004

PAMPA 1024

On est rentre et le guide m'a fabrique un collier avec des perles naturelles extraites de fruits de la jungle.

Ces fruits servent a faire aussi du savon.

PAMPA 1286

Le guide s'appelle Luis.

PAMPA 1244

 

J'ai nage avec des dauphins roses d'amazonie.

PAMPA 1240

 

Le guide m'a fait un tatouage avec le jus noir d'un fruit de la jungle.

PAMPA 1264

Repost0